Chronique d’un anniversaire annoncé :
l’ŒIL fête ses dix ans

En attendant le corrigé des transcriptions des deux journées dont les 6 tables rondes dont nous publierons l’intégralité voici une relation de René Palanque :


C’était vendredi 30 nov. et samedi 1er déc. 2007, au Manège à Chambéry. Une rencontre entre une trentaine de romanciers, chercheurs, poètes, traducteurs, éditeurs, comédiens, universitaires et le public des adhérents, profanes, amis et fans de l’Observatoire de l’Ecriture, de l’Interprétation et de la Lecture, autrement appelé comme dans un polar d’espionnage l’ŒIL, dont on retiendra quelques extraits des hommages que lui ont rendu les invités au terme de la première journée :
…rien de ce que je connais n’est comparable à l’ŒIL ( Michel Besnier).

…grâce à Jacques Charmatz et à l’ŒIL, j’ai découvert Chambéry et le festival du Premier Roman, une occasion unique de saisir la complexité des rapports entre les écrivains et les lecteurs
( Martine Burgos).

…l’OEIL a vu le jour dans une ville qui entretient depuis trente ans une animation de la lecture, par l’action de militants généreux, entreprenants, qui pratiquent l’art de la découverte et de la mise en réseau. (Claude Burgelin).

…le livre est une bouteille qu’on jette à la mer. Le lecteur est d’abord un destinataire. Une fois le livre parti, c’est pour moi une chose précieuse et rassurante de vous savoir ici, l’ŒIL.(Diane Meur)

…l’ŒIL fait des miracles puisqu’il m’a extorqué un texte ! Allez-vous lire mon écrit ? Car sans vous, il n’y a pas d’écrit.( Claude Debon)…

Les temps forts des deux journées ont été les tables rondes, ou ateliers et le forum sur « les pratiques de lectures des jeunes en âge scolaire ». Conjointement à ces débats, une admirable exposition de photos d’André Kertecz à l’Espace Malraux (ouverte jusqu’au 22 déc. ) un récital de chant à la Cité des Arts par Pierre Gabilan . Un hommage aux écrivains disparus qui vinrent honorer l’ŒIL, tels Ahmadou Kourouma, Madeleine Rébérioux, Pierre Vidal-Naquet…, et un buffet multi-culturel conclurent de manière émouvante et conviviale ces deux journées qui firent mitonner dans le chaudron littéraire un bouillon de lecture et de débats, comme le montrent bien les titres des ateliers.

Les tables rondes. - 1 - libertinage et politique -2 - sociologie de la lecture
-3 - poésie, langage, traduction -4 - biographie et roman
-5 - l’édition -6 - la littérature monde

On ne remerciera jamais assez Hélène Grunberger à la sérénité royale, et sa bande ( les citer tous serait trop long, en oublier un trop grave ), et les animateurs : Patrick Longuet, Claude Burgelin, Abraham Bengio, Jean Derive, et les autres…Nous emprunterons le final à Jean Sgard, qui, citant Rousseau, fait un charmant éloge de l’ŒIL et de Chambéry :
« Et si j’imagine aujourd’hui comme au temps de la Nouvelle Héloïse, de petites société d’amis qui, loin de Paris, au pied des Alpes, s’assemblent pour parler de ce qu’ils aiment, pour deviser du monde entier entrevu dans les livres, c’est à Chambéry toujours que je pense. ».
Et Jean Sgard complète ainsi Rousseau :
-il y a beaucoup de villes, petites ou grandes, où l’on aime les livres ;j’en connais peu où chaque mois, l’on consacre une soirée à un écrivain, pour le relire ensemble, le fêter, l’interroger, et où l’on consacre chaque année, une journée à un poète ; où l’on salue et couronne, une fois l’an, un premier roman. Cette conjonction périodique entre un petit cercle d’amis, au cœur de leur ville, à mi-chemin de l’université et de leur librairie familière, me paraît émouvante. Elle signale un lieu d’écoute et d’échange où l’on sait aimer les livres, les lire et en parler. Et cela, depuis dix ans.

Evoquant alors l’emblème que l’OEIL a choisi pour son site, Jean Sgard commente le tableau de Vermeer, l’Astronome :
« Il faut s’y vêtir chaudement et sans coquetterie, et mettre son bonnet sur la tête. Ainsi enfermé dans son modeste OBSERVATOIRE , prêt à recueillir sur son cahier une patiente ECRITURE, l’astronome INTERPRÊTE le monde et se livre tout entier, dans le calme et le silence, à la LECTURE ».

René Palanque, adhérent